Logo du site
Calliope | Università di Corsica
Territoires méditerranéens  |

La République de Gênes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.archivodelafrontera.com/archivos/comendador-gomez-suarez-de-figueroa-una-carta-cifrada-de-1534-con-avisos-de-levante-y-de-rincon/

À la fin du Moyen Âge, la République de Gênes était une puissance politique majeure en Mer Méditerranée et en Mer Noire, incluant la Corse sous domination gênoise depuis 1284, après la défaite de la marine pisane. 

Au XVème siècle, la République se trouve sous la domination du roi de France Charles VI. Le gouverneur français Jean Lemeingre dit Boucicaut, nommé en 1401, permet la création de la Casa, plus tard Banco di San Giorgio, ou Societas comperarum Sancti Georgii (1407-1807) qui regroupe les différentes structures financières de la ville. Cette banque défend les intérêts des grands lignages et de toute la population génoise, et prête de l’argent à la République quand elle en a besoin. Au XVIème siècle, il devient proverbial qu’à Gênes l’État est pauvre, mais que les citoyens sont riches. Au XVIème et au XVIIème siècle, Gênes devient une des principales places financières d’Europe.

Elle est aussi l'une des grandes républiques maritimes (ou thalassocraties) italiennes jusqu’à l'abdication du dernier doge de Gênes, Giacomo Maria Brignole en 1797.

Le siècle qui s'étend de 1550 à 1650, qui est un siècle d'alliance avec l'Espagne, est parfois nommé « le siècle des Génois ». Les Génois sont les principaux banquiers de la Couronne d'Espagne, jusqu'à la banqueroute de Philippe II, et cette alliance perdurera jusqu'en 1684 et le bombardement de la ville par la flotte française.

Après la mort de Charles Quint en 1558, son fils Philippe II lui succède en Espagne et règne sur un large empire européen, depuis l’Italie jusqu’aux Pays-Bas. Le roi d’Espagne a recours aux banquiers génois pour financer ses opérations militaires et maritimes. Ceux-ci fournissent de l’argent là où les Habsbourg en ont besoin. Ils contribuent ainsi à forger l’empire multipolaire des Habsbourg qui s’établit pendant deux siècles.

Gênes est une république au milieu de monarchies. Elle s’efforce de marquer sa place dans la hiérarchie des États européens afin que la République puisse être traitée en Europe, en particulier dans les cérémonies où ses ambassadeurs sont présents, comme une tête couronnée, une égale des rois. En 1637, elle proclame la Vierge reine de la République, donnant ainsi à la ville la couronne que le doge ne porte pas.

Sources : Bély Lucien, « 1550-1650 : le siècle des Génois ? », Commentaire, 2010/1 (Numéro 129), p. 235-238. URL : https://www.cairn-int.info/revue-commentaire-2010-1-page-235.htm

Page mise à jour le 09/02/2021 par BOURGEOIS BENJAMIN