Logo du site
Calliope | Università di Corsica
Traditions poétiques  |

La Divine Comédie

La Comédie ou la Divine Comédie (l'adjectif Divina (Divine) attribué par Boccace, s'impose surtout à partir de l'édition imprimée en 1555 par Ludovico Dolce) est un poème de Dante Alighieri écrit en tercets enchaînés (terza rima) d'hendécasyllabes en langue vulgaire florentine.

Il s’agit d’une des premières œuvres connues faisant usage de cette structure poétique, qui est également une des caractéristiques des chants polyphoniques corses.

 

Dante décide d'écrire son poème en langue vulgaire toscane, transformant et enrichissant celle-ci de façon à lui donner la capacité de contenir son idéal littéraire : une œuvre ayant une portée universelle. La portée de cette œuvre permit au toscan de s’imposer au-delà de ses frontières régionales pour devenir la langue littéraire unificatrice de l’Italie.

Composée entre 1303 et 1321, la Commedia est l'œuvre de Dante la plus célèbre et l'un des plus importants témoignages de la civilisation médiévale. Connue et étudiée dans le monde entier, elle est tenue pour l'un des chefs-d'œuvre de la littérature et a longtemps servi aux poètes improvisters de Toscane et de Corse pour l'apprentissage de leur art. En effet, au lieu d’imposer une autorité poétique qui contraint la création à restituter un schéma préconçu, la Divine Comédie a toujours stimulé la créativité des artistes au futur. Ainsi des échos multiples nous relient à cette œuvre par des créations qui ne sont pas moins  originales et qui font dela Comédie un patrimoine universel.

La Divine Comédie a inspiré toutes les formes d’art jusqu’à aujourd’hui, littérature, musique, cinéma, jeux-vidéos… 

Au XVe siècle, Botticelli, célèbre peintre de Florence, réalisa sur commande 92 dessins sur parchemin à la pointe de métal, repris à l'encre et mis partiellement en couleurs et destinés à illustrer l'œuvre de Dante.

(Sandro Boticelli, La Carte de l'Enfer, Bibliothèque apostolique vaticane, 1485-1495.)

À la charnière du XVIe et de XVII Federico Zuccari a réalisé une série de dessins conservés à la galerie des Offices de Florence qui vient de les rendre publiques pour la première fois. Voir l'exposition de Federico Zuccari

William Blake, poète et graveur anglais du XVIIIe siècle, sous commande effectue environ 100 tableaux inspirés par l'œuvre de Dante. Ces tableaux se retrouvent repartis dans des prestigieux musées britanniques.

Eugène Delacroix prend la Divine Comédie comme sujet pour son premier tableau exposé au Salon de 1822, La Barque de Dante.

La plus célèbre illustration de la Divine Comédie est la série de gravures de Gustave Doré réalisée au XIXe siècle.

Auguste Rodin a réalisé, entre 1889 et 1900, plusieurs versions de la Porte de l'Enfer dont l'une a été exposée à l'occasion de l'Exposition universelle de Paris. Le fameux Penseur qui à l'origine surmontait la Porte de l'Ender représente Dante lui-même.

 

(La Porte de l'Enfer, Auguste Rodin, Musée Rodin, Paris)

Jean-Paul Marcheschi, né à Bastia en 1951, dont toute la production est conjointement inspirée par le paysage méditerranéen et par la lecture de Dante, fera don, à la Corse, d’une importante partie de ses œuvres à l’occasion des 700 ans de la mort du Poète. Cette coïncidence témoigne de l’impact durable de Dante dans la société insulaire, et se trouve également renforcée par l'installation permanente au musée Rodin de trois oeuvres de Jean-Paul Marcheschi, illustrant la Comédie. La peinture de Jean-Paul Marcheschi est représentative, par sa singularité même, de la force de transformation de la poésie de Dante : elle n’illustre pas des textes, elle ne se contente pas de transposer l’écrit dans un autre langage, elle porte témoignage de tout ce qui se dépose dans la mémoire et relie chacun de nous à un passé commun.

L’album d’A Riccucata qui fait partie du projet, est entièrement illustré de peintures de Jean-Paul Marcheschi 

(La forêt des suicidés, Jean-Paul Marcheschi, 1999)

(La morsure de l'aube VII, Jean-Paul Marcheschi, 2008-2018)

 

Bibliographie :

 

Éditions et traductions

Dante, La divine comédie, traduction de Jacqueline Risset, Paris, GF Flammarion, 2010 (traduction seule en 1 vol.)

Edition bilingue en 3 vols :

L’Enfer / Inferno, GF Flammarion, 1985 (2e éd. 1992),

Le Purgatoire / Purgatorio, GF Flammarion, 1988 (2e éd. 1992)

            Le Paradis / Paradiso, GF Flammarion, 1990 (3e éd. 2004)

 

Dante, De Vulgari eloquentia / De l’éloquence en vulgaire, traduit par Irène Rosier-Catach et Ruedi Imbach, Fayard, 2011 (édition bilingue)

Dante, Œuvres complètes, traduction sous la direction de Christian Bec, La Pochothèque, 2002

 

Biographies

Giovanni Boccaccio, Vita di Dante, a cura di Paolo Baldan, Bergamo, 1991

Jacqueline Risset, Dante. Une vie, Flammarion, 1995

Boccace, Vie de Dante Alighieri, poète florentin, traduction de Francisque Reynard [1877], préface de Jacqueline Risset, Marseille, Léo Scheer, 2002


 

Page mise à jour le 15/03/2021 par BOURGEOIS BENJAMIN